e34d6116a618307dacc1ef4701a55ea9.jpg

30.000 indépendants ont choisi le portage salarial, nombre qui pourrait évoluer à court terme à 600.000 personnes, selon le PEPS (le syndicat national du portage salarial). Parmi les raisons de ce succès, l’opportunité d’exercer une activité professionnelle de consultant, tout en conservant un statut de salarié, mais aussi, les entreprises… de plus en plus réceptives à leur offre.

Les entreprises ont en effet changé de regard sur le portage, qu’elles abordent désormais comme une nouvelle solution pour bénéficier de compétences externes. Leurs motivations peuvent être nombreuses et variées : avoir recours à des expertises, pour des projets ponctuels, dans une phase de restructuration ou de réorganisation ; faire face à un accroissement d’activité ; tester un un intervenant avant de l’embaucher… Et cela, dans les domaines de l’informatique, de la qualité et de l’environnement, la formation, la communication, le management de transition, les RH, le commercial, etc.

Flexibilité et sécurité

Séduites par la souplesse du portage, les entreprises le sont également par la relation directe qu’elles entretiennent alors avec les « portés ». Ce sont elles qui choisissent leurs intervenants, définissent la nature des missions confiées, négocient les honoraires… Et bien sûr, cet apport de compétences est sans impact sur leur masse salariale et leur effectif. Une solution sécurisante également. Le portage salarial leur permet certes de se préserver des risques juridiques, notamment celui lié aux requalifications des missions en CDI

Premier réseau national de portage salarial, RH Solutions accompagne cette évolution en informant les entreprises. A Toulouse, la responsable de l’agence, Florence Jeulin, a initié des petits-déjeuners dédiés, à destination des DRH et des dirigeants. Quelles compétences, quels coûts, quels avantages… autant de questions abordées lors de ces moments d’échanges.

Sources 
Catégorie 
Communiqué de presse